Réseaux aérauliques

  • Accueil
  • RT 2012 - Réseaux aérauliques
L'étanchéité à l'air des réseaux de ventilation

AERAULIQUE : L'aéraulique désigne la branche de la physique qui traite de l'étude de l'écoulement de l'air et de ses applications. Les applications de l'aéraulique sont nombreuses dans les bâtiments: ventilation, traitement de l'air, climatisation, dépoussiérage et désenfumage. L'objectif du test est le suivant :

  • détermination de l'indicateur réglementaire de perméabilité à l'air,
  • détermination de la classe d'étanchéité à l'air du réseau,
  • les normes spécifiques aux conduits ont défini 4 classes de fuites de A à D,
  • A étant la plus mauvaise des classes et D la meilleure,
  • chaque limite de classe est 3 fois plus fuyante que la précedente,
  • le HORS CLASSE de la RT est 2,5 fois plus fuyante que la A,
  • recherche des fuites d'air par l'intermédiaire d'outils de localisation type générateur de fumée ou anémomètre.


LE LABEL EFFINERGIE+ : Améliorer l'efficacité des systèmes de ventilation et la qualité de l'air rendant obligatoire la mesure de perméabilité des réseaux :

  • l'étanchéité des réseaux doit être au minimum de classe A (cas 1),
  • il sera possible de mettre en place une démarche qualité (cas2),
  • la mesure sera effectuée par un opérateur qualifié effinergie (voir la liste des opérateurs sur le site effinergie.org).

La mesure des débits de ventillation n'est pas exigée. Elle est optionnelle. Pour l'obtention du label effinergie + ce test sera obligatoire et couplé à celui des enveloppes.

Les fuites d'air à travers les réseaux aérauliques peuvent avoir des conséquences néfastes sur les consommations électriques des ventilateurs et sur les consommations globales du bâtiment ainsi que sur la santé. Celles-ci sont d'autant plus accrues si ces infiltrations concernent des réseaux conditionnés (chauffage ou refroidissement en sortie de CTA ou gaines pour VMC double-flux). Il s'agit avant tout d'assurer les débits d'air suffisants aux bouches afin de permettre un fonctionnement optimal de la ventilation qui joue un rôle essentiel (qualité d'air intérieure, confort thermique, extraction de la vapeur d'eau des pièces humides) et d'assurer le respect des exigences de l'arrêté du 24 mars 1982. Pour un réseau aéraulique donné, l'étanchéité à l'air mesurée sur site ou en laboratoire peut varier jusqu'à 70 % (étude CETIAT : « étanchéité des réseaux : ventilation et perméabilité », 1999) d'où l'importance de la bonne mise en œuvre des conduits aérauliques in situ. L'obtention de bons résultats de perméabilité à l'air après installation relève d'une démarche qualité assidue tout au long du chantier. De plus, les équipements de ventilation évoluant vers des systèmes double-flux, les fuites d'air à travers les conduits deviennent la principale source de déperditions par renouvellement d'air.

Exigences des labels RT 2012 : oui la mesure de la perméabilité à l'air des réseaux aérauliques est obligatoire en Classe A , B C ou D ! Contrôles visuels sur la bonne mise en oeuvre du système de ventilation. Obligation du traitement de la perméabilité à l'air des réseaux aérauliques avec une exigence sur le niveau de la classe d'étanchéité à l'air des réseaux : Classe A.

Le Cabinet ADI est associé à un OPERATEUR CERTIFIE QUALIBAT 8721 MR 0015


QU'EST-CE QUE LA PERMÉABILITÉ À L'AIR DES RÉSEAUX DE VENTILATION ?

La perméabilité à l'air d'un réseau de ventilation caractérise la quantité d'air qui entre ou sort de manière non contrôlée à travers les parois des gaines de ventilation du réseau. Elle ne caractérise pas les fuites d'air dues aux autres éléments du système de ventilation (caisson du ventilateur, échangeur de chaleur...). Elle se quantifie par la valeur du débit de fuite traversant les parois des gaines, sous un écart de pression donné.

EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES

L'étanchéité à l'air du réseau de ventilation est caractérisée dans la réglementation thermique par une classe d'étanchéité à l'air. L'échelle comporte une classe par défaut (la moins bonne, 2,5 fois la classe A) et les classes A, B et C, sachant que le classement C est le meilleur. La classe d'étanchéité est déterminée par mesure à l'aide d'un facteur d'étanchéité à l'air du réseau, noté f, qui représente le débit de fuite ramené à la surface du réseau (exprimé en m3/(s.m²)).

La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) ne fixe pas d'objectif en matière de performance du réseau de ventilation pour l'étanchéité à l'air. Sans exigence particulière du maître d'ouvrage, les réseaux de ventilation sont donc en classe par défaut. Un meilleur classement peut être pris en compte dans le calcul thermique réglementaire, auquel cas une justification du niveau atteint doit être apportée en fin de travaux,soit par une mesure, soit par une démarche qualité certifiée.

La mesure de perméabilité à l'air d'un réseau de ventilation n'est valide, dans le cadre de la RT 2012, que si elle est réalisée par un opérateur autorisé par le ministère en charge de la construction.

Informations sur la procédure d'autorisation des mesureurs : La RT 2012 permet, par ailleurs, de s'affranchir d'une mesure systématique en fin de travaux pour les réseaux aérauliques ayant suivi une démarche qualité certifiée par un organisme certificateur accrédité, et conventionné avec le ministère en charge de la construction à cet effet.

MODE OPÉRATOIRE

La mesure de perméabilité à l'air des réseaux, conformément à l'arrêté du 11 décembre 2014, doit être réalisée conformément au fascicule de documentation FD E 51-767 et ses normes associées. Ces documents sont soumis au copyright et sont disponibles auprès de l'AFNOR.

Pour les points peu précis ou non traités par ce référentiel normatif, une Foire Aux Questions est à la disposition des mesureurs sur le site du Cerema/Direction Territoriale Centre-Est (ex-CETE de Lyon). Les réponses apportées sur ce site sont prises en compte par les mesureurs autorisés.

Le contrôle visuel des installations de ventilation, quand il est réalisé, doit s'appuyer sur un protocole. Dans le cas des bâtiments résidentiels, le projet de recherche PROMEVENT (2014-2016) a défini un protocole pour le contrôle des systèmes de ventilation.